Passer directement au contenu
Ces trésors légendaires toujours portés disparus...

Ces trésors légendaires toujours portés disparus... pour combien de temps encore ?


On pourrait penser que les légendes de trésors enfouis sont de simples histoires qui font rêver. Pourtant, le monde renferme de véritables trésors d’une valeur inestimable, qui ne demandent qu’à être découverts. Dans cet article, nous passons en revue sept célèbres trésors, perdus ou volés, mais aussi les endroits où vous pourriez les déterrer.

"Et certaines choses qui n’auraient pas dû être oubliées furent perdues. L’histoire devint légende. La légende devint mythe. Pendant 2 500 ans, plus personne n’entendit parler de l’anneau. "

- J.R.R Tolkien - Le Seigneur des anneaux : La Fraternité de l’Anneau

Parmi tous les contes empreints de mystère et d’aventure que l’histoire nous a offert, aucun ne parvient à éveiller l’imagination autant que les histoires de trésors enfouis depuis des siècles. Aujourd’hui, les différentes destinations qui abriteraient un mystérieux butin sont l’endroit idéal pour les aventuriers en quête de trésor ; de l’Ouest américain aux châteaux d’Angleterre, en passant par les temples aztèques et les royaumes sacrés d’Asie. Au moment même où un jet privé traverse l’océan Atlantique, ses occupants pourraient sans le savoir survoler l’endroit où se cache une épave post-coloniale valant des millions, gisant au fond de la mer.

La récente découverte d’un trésor en or de la période viking au Danemark démontre que la vie réelle peut devenir tout aussi palpitante qu’un film d’Indiana Jones. Au vu de ces trésors cachés qui attendent toujours d’être déterrés, ACS a invité deux blogueurs de voyage et un célèbre auteur de livres de fiction à désigner le trésor perdu qui les fascine le plus.



Le Trésor de la flotte espagnole

Valeur estimée à : 100 millions de dollars (valeur actuelle)

Années écoulées : 301

La Flotte des Indes
La Flotte des Indes

Pour ceux qui ont déjà visité Vero Beach, en Floride, et remarqué des points brillants qui scintillent le long de la rive, il ne faudrait pas les confondre avec le reflet du soleil dans les coquillages. Peut-être s’agit-il d’un cadeau inespéré de l’océan : les vestiges d’un trésor perdu lors d’un naufrage datant de 1715.

Cette région est communément appelée la « Treasure Coast » (Côte du Trésor). Elle tire son nom de précieuses reliques provenant d’onze navires échoués, enfouies quelque part au large de cette côte. En effet, à ce jour, l’équivalent de 175 millions de dollars y a déjà été découvert. La dernière trouvaille date de l’année dernière, lorsque des plongeurs ont mis la main sur 350 pièces d’une valeur de 4,5 millions de dollars dans les eaux de l’océan Atlantique.

Cette tragédie remonte au milieu des 16e et 18e siècles, l’âge d’or du transport maritime et de la piraterie, mais aussi une période où l’Espagne dominait le Nouveau monde. Des flottes entières chargées de trésors traversaient les mers entre l’Espagne et l’Amérique. En juillet 1715, douze de ces navires quittèrent La Havane, à Cuba, et mirent le cap sur l’Espagne, chargés d’argent, d’or et de pierres précieuses d’une valeur de 14 millions de pesos.

Carte de la Flotte des Indes
Carte de la Flotte des Indes

Leur périple s’est terminé en plein cœur d’un ouragan, où d’immenses vagues ont aspiré onze bâteaux dans les profondeurs marines, y compris la Nuestra Senora de la Regla et Santa Cristo de San Ramon. Près de mille personnes ont perdu la vie, et une grande partie de la cargaison reste encore introuvable. Bien que l’Espagne soit parvenue à récupérer 80 % de ce trésor perdu, le reste sommeille toujours au fond de l’océan, étant donné que l’emplacement de quatre des bateaux reste encore énigmatique.



Le train d'or de Walbrzych

Valeur estimée à : Plus d'un million de dollars (valeur actuelle)

Années écoulées : 70

Le train d'or de Walbrzych
Le train d'or de Walbrzych

Renseignements fournis par Meg Jerrard & Inka Piegsa-Quischotte de Mapping Megan

Parmi tous les châteaux que l’on peut visiter en Pologne, l’un d’entre eux est particulièrement entouré de mystère. Le majestueux château de Ksiaz à Walbrzych (en Basse-Silésie), datant du 13e siècle, renferme des tunnels souterrains où se cacherait un train rempli d’or nazi de la Deuxième guerre mondiale. Il est aujourd’hui connu sous le nom de « train d’or de Walbrzych ».

Le château Ksiaz est le troisième plus grand château de Pologne. Il se situe sur une magnifique falaise rocheuse le long de la rivière Pelcznica. Au cours des siècles, le château est passé entre les mains de nombreux propriétaires différents. En 1943, l’Allemagne nazie a lancé le projet Riese, un projet de construction d'un quartier général pour Hitler et ses officiers. Les plans prévoyaient de construire sept complexes souterrains sous le château et la chaîne de montagnes Góry Sowie. Le système comprend aujourd’hui divers tunnels et voies ferrées, mais aucun des complexes n’a pu être achevé, suite à l’arrivée de l’Armée rouge à Ksiaz en 1945.

Carte du train d'or de Walbrzych
Carte du train d'or de Walbrzych

Au début des années 1970, des rumeurs commencèrent à circuler quant à l’existence d’un train rempli de 300 tonnes d’or, d’œuvres d’art, de bijoux et même de certaines parties de la Chambre d’ambre de Saint-Pétersbourg. Certains pensaient qu’elle était cachée dans une conduite souterraine, non loin du château.

Les premiers bruits de couloir ont directement attisé l’intérêt de chercheurs d’or amateurs. Mais c’est seulement en août de cette même année que deux chasseurs de trésors, Andreas Richter et Piotr Koper, s’adressèrent au gouvernement polonais afin de négocier 10 % du butin en échange d’informations concernant l’emplacement exact du train, qu’ils prétendaient avoir trouvé. Ils appuyèrent leur demande à l’aide d’images radar où apparaissaient une voie ferrée et, en effet, un objet qui ressemblait à un train.

Depuis lors, la chasse au train d’or n’a cessé de prendre de l’ampleur. Des milliers de touristes et de chasseurs de trésors envahissent la région chaque année dans l’espoir de mettre la main sur ce train. Aujourd’hui, cette zone densément boisée est dégagée et ratissée pour y retirer d’éventuelles mines avant que l’armée polonaise n’entame de sérieuses fouilles du terrain.



Le tombeau de Qin Shi Huang

Valeur estimée à : Inconnue

Années écoulées : Plus de 3000 ans

Le tombeau de Qin Shi Huang
Le tombeau de Qin Shi Huang

Un paysan qui pensait commencer une journée comme les autres fit une incroyable découverte. Yang Zhifa, qui creusait pour trouver de l’eau, tomba sur une statue en terre cuite au sommet d’une butte, non loin de la ville de Xi’an, en Chine. Une recherche plus approfondie d’archéologues déboucha sur un mausolée où reposait une armée entière de soldats en argile, qui cachait un trésor encore plus surprenant : la tombe du premier empereur chinois, Qin Shi Huang.

Cette histoire ressemble au début d’un film d’horreur, mais il n’en est rien. Bien que les archéologues ne risquent pas d’accidentellement faire sortir un empereur furieux de sa tombe s’ils s’obstinent à creuser, certains trésors restent encore introuvables. À ce jour, seules trois fosses de cette structure ont été découvertes, et il est peu probable que les pioches atteignent la partie centrale du mausolée où l’empereur est enterré.

The Tomb of Qin Shi Huang Map
The Tomb of Qin Shi Huang Map

Outre le fait que le gouvernement chinois refuse de donner son feu vert pour l’excavation de la tombe par respect pour le défunt, la technologie n’est pas assez avancée pour creuser plus loin sans causer des dégâts. Par ailleurs, la légende dit que de dangereuses rivières de mercure encerclent la tombe de l’empereur. C’est Qin Shi Huang lui-même qui a ordonné la construction de cette luxueuse tombe aux allures de ville souterraine. À son décès, son corps fut enterré aux côtés d’innombrables objets précieux. Tous ces trésors sont aujourd’hui encore enfouis dans les profondeurs inexplorées de la terre.



La Chambre d’ambre : la « huitième merveille du monde » disparue

Valeur estimée à : Entre 142 et 500 millions de dollars (valeur actuelle)

Années écoulées : 71

 La Chambre d’ambre : la « huitième merveille du monde » disparue
La Chambre d’ambre : la « huitième merveille du monde » disparue

Renseignements fournis par Becki Enright de Borders of Adventure

La construction de la Chambre d’ambre débuta en 1701, lorsque le roi de Prusse Frédéric-Guillaume Ier ordonna la construction d’une magnifique chambre dorée au château de Charlottenburg, en Prusse. Cette chambre impériale disparut mystérieusement en 1941, lorsqu’elle fut dérobée par les forces allemandes durant l’invasion de l’Union soviétique, connue sous le nom de l’« opération Barbarossa »

Aujourd’hui, seule une reconstitution de cette « huitième merveille du monde » se trouve à cet endroit.

La construction de cette œuvre d’art de fabrication artisanale dura six ans. La Chambre d’ambre et la splendeur éclatante de ses panneaux reluisants, miroirs, feuilles dorées et mosaïque de pierre précieuses étaient considérés comme l’une des plus grandes merveilles architecturales de l’époque. En 1716, la Chambre d’ambre fut offerte à Pierre le Grand et installée au palais d’Hiver, à Saint-Pétersbourg. En 1755, elle fût transportée au palais Catherine à Tsarskoïe Selo, à la demande de sa fille l’impératrice Élisabeth Petrovna. Elle fut alors agrandie et restaurée durant 10 ans pour devenir une chambre de 55 mètres carrés décorée de 6 tonnes d’ambre.

Son importance culturelle et sa beauté inégalable ne passèrent jamais inaperçues, y compris lorsque les forces nazies envahirent l’Union soviétique en 1941. Étant trop délicate et fragile à transporter, la chambre fut cachée derrière des panneaux et sous différents types de matériaux et papiers peints. Malheureusement, cela ne suffit pas à la préserver. En moins de deux jours, les Nazis démontèrent la Chambre d’ambre et transportèrent les panneaux dans des caisses jusqu’au château de Königsberg (aujourd’hui Kaliningrad), où ils l’exposèrent.

Carte de la Chambre d’ambre : la « huitième merveille du monde » disparue
Carte de la Chambre d’ambre : la « huitième merveille du monde » disparue

En janvier 1943, Hitler donna l’ordre de démonter la Chambre d’ambre et de la ramener en Allemagne. En août de cette même année, les bombes des Alliés réduisirent en cendres le château de Königsberg. À ce jour, personne ne sait si la Chambre d’ambre fut détruite par les bombardements ou si elle fut bel et bien transportée par les forces allemandes.

Certains pensent que des parties de la Chambre sont cachées dans des caisses quelque part à Kaliningard, d’autres que les panneaux de la Chambre d’ambre furent transportés vers Berlin dans un train secret, ou encore qu’ils fussent perdus en mer. Une autre théorie soutient que les pièces furent vendues à travers le monde par des soldats allemands. Elle se fonde sur la déclaration d’un témoin, en 1997, qui affirma qu’un panneau « authentique » aurait été mis en vente. D’autres encore pensent que la « réplique » de la Chambre d’ambre de Staline était celle qui fut démantelée, et que la véritable chambre (volée et cachée par les forces soviétiques) est dissimulée dans des caisses quelque part en Russie.

Il est peu probable que ce trésor doré refasse surface et nous éblouisse à nouveau par sa splendeur. Ses panneaux étincelants resteront certainement à jamais dans l’ombre. Pour l’instant, une réplique trône au palais Catherine à Saint-Pétersbourg, en Russie. Elle fut construite en 2003 pour son 300e anniversaire.

Il s’agit de l’héritage d’un trésor égaré, autrefois un cadeau, victime de l’avarice et de la cruauté d’une guerre.



Le trésor perdu de Beale

Valeur estimée à : 66 millions de dollars (valeur actuelle)

Années écoulées : 194

Le trésor perdu de Beale
Le trésor perdu de Beale

L’un des trésors perdus les plus intrigants doit son existence à Thomas J. Beale, un Américain qui avait pourtant laissé des instructions destinées à une véritable chasse au trésor. Mais, les indices sont tellement difficiles à déchiffrer que personne n’a été capable de localiser l’endroit où Beale et son compagnon ont enterré leur butin.

Selon une brochure publiée en 1885, Beale et quelques autres personnes auraient découvert une grande quantité d’or et d’argent alors qu’ils effectuaient des recherches dans les montagnes Rocheuses durant les années 1820. Ils ont emmené le trésor dans le Comté de Bedford, où ils choisirent de faire confiance à Mère Nature pour préserver leur précieuse trouvaille. Les protagonistes souhaitaient assurer une bonne assurance vie à leur famille à leur décès. C’est pourquoi Beale rédigea trois lettres codées truffées d’indices concernant l’endroit où le trésor était enterré, son contenu et les noms de ses 30 partenaires.

Carte du trésor perdu de Beale
Carte du trésor perdu de Beale

Il plaça les messages dans une boîte, qu’il confia à un ami de confiance, l’aubergiste de la région, Robert Morriss. Il chargea Morriss d’ouvrir la boîte 10 ans plus tard s’il ne revenait pas d’une expédition. Et Beale ne revint jamais. 23 ans plus tard, Morriss ouvrit la boîte et tenta immédiatement de déchiffrer les lettres, en vain. À ce jour, seul le second cryptogramme qui décrit le contenu du trésor a été déchiffré.



Le trésor perdu du roi Jean

Valeur estimée à : 70 millions de dollars (valeur actuelle)

Années écoulées : 800

Le trésor perdu du roi Jean
Le trésor perdu du roi Jean

Renseignements fournis par Nicola Cornick de NicolaCornick.co.uk

Nous sommes en octobre 1216. L’orage gronde, la maladie et la famine rongent l’Angleterre. Les barons se révoltent contre le roi Jean et le pays a été saccagé par des soldats mercenaires. Le prince Louis de France a envahi le sud-est du pays et contrôle tout le territoire, sauf les châteaux de Douvres, de Lincoln et de Windsor. Au nord, le roi d’Écosse Alexandre II promet fidélité au prince Louis.

Le roi Jean, malade et vieillissant, traverse la ville de Lincoln afin d’y renforcer sa garnison et de punir ceux qui offrent leur soutien au prince Louis. « Personne n’a jamais connu une aussi grande conflagration dans cette partie du monde et en un aussi court laps de temps », a écrit un chroniqueur de l’époque au sujet des morts, des tortures et du chaos qui en ont résulté. Néanmoins, il semblait évident que cette vengeance avait ouvert l’appétit du roi John. La nuit du 9 octobre, alors que le roi avait célébré cette revanche autour d’un festin de « pêches et de cidre nouveau », il fut presque immédiatement terrassé par une crise de dysenterie aiguë. Le 11 octobre, il se rendit à nouveau à Lincoln en traversant le Wash, une zone de marais salés, de ruisseaux profonds, de sables mouvants et de marées imprévisibles où les chemins pouvaient apparaître et disparaître sous l’eau à une vitesse effrayante. Bien que le roi soit passé en toute sécurité, son convoi de quelques 3 kilomètres de long, chargé d’objets précieux, n’eut pas cette chance.

Carte du Trésor perdu du Roi Jean
Carte du Trésor perdu du Roi Jean

Le moine Raoul de Coggeshall a décrit cette catastrophe : « Les chevaux de trait et les membres de la famille du roi furent aspirés dans les sables mouvants, à l’endroit où le Wellstream se jette dans la mer, car ils n’avaient pas pris le temps et la précaution d’attendre que la marée baisse suffisamment. » Le convoi du roi succomba aux profondeurs insidieuses du Wash et fut perdu à jamais. Selon les dires, il transportait généralement les bijoux de la couronne, des pièces d’or pour payer les soldats du roi, des plaques d’or et d’argent, des reliques sacrées et l’épée de Tristan, l’un des chevaliers du roi Arthur.

John décéda le 18 octobre à Newark et, bien que des recherches furent menées pour retrouver le trésor perdu, il resta introuvable. La configuration de ce paysage, caractérisée par des dépôts de limon et des marécages de tourbe, laisse penser que le trésor pourrait être enterré dans la boue, à plus de 5 mètres de profondeur. Durant les 700 ans qui ont suivi, le village de Sutton Bridge dans le Lincolnshire a été ratissé, mais aucun trésor ne fit surface.



Conclusion

Il existe encore de nombreux autres trésors qui se cachent dans des grottes, sommeillent au fond de la mer, furent dérobés par des ennemis ou enterrés dans la tombe de leur propriétaire. Certains de ces fortunes ont été cherchées à l’aide de détecteurs de métaux (la plupart du temps sans succès) alors que d’autres furent simplement découvertes par des familles en vacances. Par conséquent, la prochaine fois qu’un aventurier réserve un jet privé pour partir faire de la plongée sous-marine sur une île lointaine, il pourrait bien revenir les mains pleines de trésors.




Lire plus d'articles

  • RESPONSABLES DE CLIENTÈLE DÉDIÉS
  • SANS ENGAGEMENT
  • 25 ANS D’EXPÉRIENCE
  • DISPONIBLES 24H/24, 7J/7